dans

Le Niger dément toute intention de normalisation de ses relations diplomatiques avec Israël

(Niamey et les 2 jours) – Hier, Niamey et les 2 Jours a fait état d’un article du journal Middle East Eye, spécialisé dans l’information politique du Moyen-Orient, qui évoquait une possible ouverture de discussions bilatérales entre le Niger et Israël. Ce à quoi les autorités nigériennes ont apporté un démenti formel.

Par ce démenti, le pays conforte sa position traditionnelle sur la question israélienne. En effet, pour le Niger, la reconnaissance d’un État palestinien est un préalable à toute discussion avec l’État hébreu. En décembre 2020, le ministère des affaires étrangères nigérien avait réitéré cette position face à la circulation de rumeurs faisant état d’une future normalisation. Lors des récents bombardements de la bande de Gaza, le Niger qui assure la présidence tournante de l’OCI a fait voter une résolution condamnant l’usage de la force par Israël.

Depuis plusieurs mois, la diplomatie israélienne et la Maison Blanche expriment régulièrement leur souhait d’un rapprochement entre les deux Etats. En mars dernier, le ministre israélien Eli Cohen avait déjà exprimé son souhait de voir Israël rétablir ses relations diplomatiques avec les pays musulmans d’Afrique, dont le Niger « principal pays musulman d’Afrique de l’Ouest avec une population de plus de 25 millions d’habitants » selon ses propos.

Les relations diplomatiques entre le Niger et l’État hébreux ont été rompues en 1973. Le Niger avait alors emboîté le pas à 25 autres pays d’Afrique subsaharienne. Si les deux pays ont renoué des liens en 1996, cela fut bref. En 2002 face à la violence de la seconde Intifada, le Niger a de nouveau rompu toute relation avec l’État hébreu. 

Qu'en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

56% des allocations budgétaires seront consacrées aux investissements, les 3 prochaines années

L’Assemblée Nationale entérine 3 accords de financement de 84 milliards FCFA